Le magasine qui développe du business dans le nord-pas-de-calais

Le plus fin des fromages forts…

Rappelez-vous, en 2008, notre région se trouve propulsée sur le devant de la scène avec la sortie du film « Bienvenue chez les Ch’tis ». Convivialité, générosité, produits du terroir, simplicité : ce sont toutes les traditions et coutumes de la région qui sont alors célébrées dans ce film dont l’’une des scènes cultes reste en mémoire – le maroilles trempé dans le café à la chicorée !

Cela a eu un effet stimulant sur les ventes de maroilles, les faisant progresser de 30%, pour atteindre près de 4 100 tonnes vendues en 2009, mais aussi sur sa notoriété, de là à dire qu’’il a conquis le cœur des Français ? Pour autant, le mystère demeure sur sa fabrication et ses origines.

Le Syndicat du Maroilles (19 producteurs et 491 producteurs de lait) et le CNIEL, Centre National Interprofessionnel de l’’Economie Laitière, ont entrepris de nouvelles actions de promotion pour encourager la consommation de la seule AOP au Nord de Paris, à travers la découverte des coulisses de fabrication du célèbre fromage et des saveurs culinaires pouvant lui être associées.

Avec la réalisation et la diffusion :

1. d’un DVD* « le Maroilles : le trésor de la Thiérache », réalisé par la société TVE, offrant un voyage gastronomique d’une durée de 16 minutes au cœur d’une région où le maroilles est roi mais racontant aussi les origines monastiques et la reconnaissance européenne, avec l’Appellation d’Origine Protégée, d’un fromage devenu incontournable grâce au savoir-faire des hommes mais aussi aux caractéristiques naturelles propres à la région dont il est issu.

2. d’un livret* de recettes au maroilles écrit par Anne Dupuy et Laurence Quélen, édité aux Editions de l’’Epure, proposant une véritable balade gustative sur différentes manières de le préparer et de le savourer. Cette expérience de gourmet montre la créativité culinaire du maroilles en dévoilant dix recettes surprenantes où le « plus fin des fromages forts » peut être consommé en crème brûlée !

Laisser une réponse