Le magasine qui développe du business dans le nord-pas-de-calais

Allier stratégie d’’entreprise et productivité

De nombreuses entreprises reconnaissent rencontrer des difficultés majeures dans l’’exécution de leurs stratégies.

Selon une étude commanditée par SuccessFactors et Accenture, les dirigeants sont parfaitement conscients de ces limites. En effet 80 % d’’entre eux déclarent être dubitatifs quant à leur capacité à communiquer leurs décisions stratégiques et a fortiori à les mettre en place.

Les raisons de ces difficultés sont nombreuses : basculement vers l’’Est de la puissance économique mondiale ou encore émergence de nouveaux concurrents. Il est indispensable d’’ajouter : vieillissement de la population active, l’’élargissement du fossé des compétences ou encore l’’omniprésence des médias sociaux. Autant de changements majeurs qui exigent de développer et d’’exécuter de nouvelles stratégies dans une des périodes les plus incertaine depuis plusieurs générations. Dans ce contexte, les dirigeants qui réussiront sont ceux qui reconnaîtront les premiers ces challenges organisationnels et la façon de surmonter les écarts entre stratégie et exécution. Désormais, les dirigeants doivent évaluer attentivement le positionnement de leur propre entreprise. Ils doivent s’’appuyer sur les découvertes de cette étude pour prendre pleinement la mesure de ce nouveau contexte.

Révélation de cette étude :

Le personnel est confronté aux changements organisationnels de leurs entreprises. En effet, on observe un vieillissement de la population. De plus, il est confronté à la réduction de la hiérarchisation qui entraîne la réduction des opportunités de promotion. En effet, la plupart des entreprises comptent aujourd’hui en moyenne moins de six niveaux hiérarchiques contre quinze il y a seulement une génération. Cette réduction s’’explique principalement par des gains d’’efficacité technologique. Par conséquent, il est fort probable que la majorité des collaborateurs restent plus longtemps cantonnés à des responsabilités moins importantes que leurs prédécesseurs.

Compte tenu de la raréfaction des talents et de la réduction des marges, les entreprises ont de sérieuses difficultés à satisfaire les attentes de leurs collaborateurs.

Désormais, la nouvelle économie va favoriser les entreprises ayant fait le choix de la collaboration afin de maximiser leurs performances stratégiques. Elle va également défavoriser celles qui ont des comportements et des outils centrés sur une communication hiérarchique descendante. En effet, l’’information dans l’’entreprise s’’inverse, elle privilégie désormais une remontée des opinions et des idées par opposition au management traditionnel dans lequel l’’information circule de haut en bas.

Les départements de RH (Ressources Humaines) se trouvent dans une situation comparable à celle que connurent les DSI (Direction des systèmes d’’informations) il y a quelque temps. Les RH apportent désormais une valeur stratégique à l’’entreprise en devenant une partie intégrante des processus de planification et d’’exécution stratégique.

Principaux constats :

Les entreprises reconnaissent rencontrer des difficultés majeures pour superviser, motiver et conserver leurs collaborateurs. En effet, seulement 17 % d’entre elles estiment parvenir à identifier les plus performants et à développer leurs potentiels pour de futures fonctions.

Deux tiers des entreprises interrogées disposent d’’une politique d’’incitation financière à la performance. Cependant, seulement une sur cinq s’’assure systématiquement que les rétributions soient véritablement dépendante du mérite de chacun.

Seulement 12 % des entreprises interrogées qui supervisent les objectifs et leurs exécutions disposent d’’un système informatique capable de délivrer l’’information requise. De plus, près de 40 % des entreprises tentent de mesurer les délais d’’atteinte des objectifs de performance. Cependant, celles-ci déclarent manquer des données et systèmes nécessaires pour prendre en charge cette problématique.

Au cours des cinq dernières années, la productivité a progressé dans 79 % des entreprises exploitant des systèmes informatiques pour gérer la productivité et l’’exécution des objectifs. A contrario, elle n’’a progressé que de 47 % pour les entreprises s’’appuyant toujours sur des systèmes manuels (papier), des feuilles de calcul ou des échanges d’’e-mails.

Les entreprises interrogées reconnaissent l’’importance critique de l’’exécution stratégique. Cependant, seulement 15 % d’’entre elles s’’estiment performantes dans cette exécution et 20 % sont satisfaites de la façon dont elles communiquent ces principes en interne. Enfin, seulement 18 % considèrent parvenir parfaitement à les convertir en priorités et objectifs.

Près des trois quarts des entreprises qui utilisent des logiciels informatiques tels que CubeTree de SuccessFactors estiment communiquer bien ou très bien leur stratégie auprès de leurs salariés. Celles-ci ne sont que 62 % à être convaincu par une information hiérarchique traditionnelle.

« La réussite dans la nouvelle économie exige naturellement un positionnement gagnant et la redéfinition des objectifs stratégiques ; ce sont cependant des conditions nécessaires mais non suffisantes » indique Erik Berggren, Vice-président « Customer results and global research » de SuccessFactors. « Plus spécifiquement, la réussite est avant tout conditionnée par la performance de tous ceux qui participent à l’’exécution de la stratégie d’’entreprise réussite que dans la plupart des cas, dirigeants et managers seniors ne rencontreront jamais. L’’alignement des équipes avec les objectifs stratégiques globaux est donc une problématique essentielle pour tous les dirigeants qui reconnaissent volontiers ne pas avoir une vision claire de la façon d’’y parvenir. SuccessFactors collabore quotidiennement avec ses clients pour répondre à ce challenge à travers ses solutions BizX (Business Execution) et pour renverser cette tendance. »

« La durée moyenne du mandat des CEO ( chief executive office) est passée de 8,1 à 6,3 années, constate Vinzenz Kremer, Managing Director et Executive Partner d’’Accenture. « Leur niveau de réussite est directement lié à leur capacité à répondre aux enjeux de la nouvelle économie. Plus précisément, il s’’agit pour les dirigeants de maximiser l’’exploitation des nouvelles technologies pour aligner les efforts de chaque collaborateur avec les objectifs stratégiques. Les entreprises gagnantes doivent donner à la DRH la place qu’’elle mérite dans ce nouveau contexte et investir dans des systèmes performants permettant de s’’assurer que chaque collaborateur œuvre en permanence dans la direction attendue grâce à une communication cohérente et à des outils de gestion des objectifs, des cibles, des incitations et des évaluations de la performance. ».

Le livre blanc « SuccessFactors » est téléchargeable sur le site:
http://the-next-economy.com

Laisser une réponse